Value Feet réinvente le fer à cheval

La jeune PME bordelaise donne une nouvelle jeunesse à cette pièce ancestrale en numérisant toute la chaîne de conception/fabrication. Une démarche 4.0 assurée grâce aux logiciels TopSolid’Design et TopSolid’Cam.


Objet mythique et selon la croyance populaire, porteur de bonheur, le fer-à-cheval a été inventé en Europe au IX siècle. Selon l'emploi fait du cheval, c'est-à-dire travail ou équitation, et l'état ou la pathologie des sabots (ferrure orthopédique), les fers ont différentes formes et sont constitués de matériaux adaptés. Fabriqué autrefois artisanalement par un maréchal-ferrant, cette bande de métal recourbée en U servant à protéger de l'usure le dessous des sabots des équidés, entre de plein pied dans le XXI siècle.

Créée il y a cinq ans à Canejan, près de Bordeaux, Value Feet marie ainsi technologie numérique et maréchalerie en développant des systèmes informatiques dédiés aux maréchaux-ferrants.  « Nous avons industrialisé la fabrication des fers- à-cheval grâce à une approche originale basée sur une chaîne numérique qui couvre toutes les étapes de conception/fabrication », explique Maxime Rooryck, 30 ans, fondateur avec son frère Thibaut 27 ans, de cette PME qui emploiera une quinzaine de personnes à la fin de cette année. « Notre équipe travaille en lien étroit et continu avec de nombreux maréchaux, vétérinaires et professionnels de la filière équine pour garantir les meilleurs produits possibles. »

 

Convivialité et puissance de modélisation

Cette entreprise pas comme les autres, propose ainsi des solutions qui répondent aux nombreux défis que pose cette pièce dont la complexité est comparable aux prothèses médicales. Unique à chaque fois pour correspondre à la morphologie du cheval, elle doit assurer son confort en permettant des amplitudes décuplées, des mouvements plus libres et des meilleures conditions de travail sur sols. Résistant et suffisamment d’adhérent au sol, le fer-à-cheval doit être léger. « Le poids moyen d’une pièce standard fabriquée par Value Feet est de 150 g, soit près de trois fois moins que les fers-à-cheval existants sur le marché », confirme Maxime Rooryck. « De plus, leur faible vibration minimise la résonance et leur capacité d'absorption des ondes de chocs garantit un confort adaptée aux chevaux athlètes. Sans oublier la biocompatibilité, indispensable pour assurer l’amélioration de la qualité du pied et la pousse de la corne plus rapide.

Autant des caractéristiques difficiles à atteindre sans l’intervention des outils informatiques. » Résultat : la société a décidé de s’équiper d’un logiciel de CFAO (conception et fabrication assistées par ordinateur) adapté, en l’occurrence TopSolid’Design et TopSolid’Cam adoptés dès 2015. « Nous cherchions une solution capable d’allier convivialité et puissance de modélisation, mais aussi un véritable partenaire capable d’intervenir rapidement pour nous aider à dépasser les nombreux obstacles que pose une démarche comme la nôtre », explique le spécialiste. Animée par un esprit innovant permanent, la jeune entreprise est ainsi partie de zéro. Les deux jeunes frères, l’un diplômé en mécanique, l’autre en commerce, ont pratiquement révolutionné le métier en inventant un processus informatique dans un métier on ne peut plus artisanal. La preuve que les start-ups ne sont pas réservées au monde du IT, mais que c’est aussi dans une industrie mécanique ancestrale que l’on peut réussir.

 

Des conceptions sur mesure

« Après analyse du marché, la solution ergonomique et complète de TOPSOLID nous a convaincu », précise Maxime Rooryck.  « Aujourd’hui nous utilisons l’ensemble de modules TopSolid’Design et TopSOlid’Cam qui s’ajoutent aux autres compétences indispensables à la mise en place de nos produits et services : ingénierie de matériaux, optique, électronique, logiciel spécialisé, systèmes embarqués, spécialisation logistique, financière, marketing et commerciale. » Pour le jeune entrepreneur, « le fait de disposer d’un PDM intégré dans le logiciel TopSolid’Design procure de multiples avantages : prise en charge des liens entre pièces, ensembles et plus généralement tous les documents du projet ; travail à distance et collaboratif ; données sécurisées ; traçabilité des modifications, etc. » Permanent, l’échange avec l’agence TOPSOLID de Toulouse qui a cru dans ce projet original, permet de résoudre toutes les problèmes de conception ou de fabrication qui interviennent quotidiennement.

Moderne, la solution proposée par Value Feet aux maréchaux-ferrants comporte un scanner, une tablette et un logiciel. « Au-delà d'un simple générateur de fers, ce système réunit tous les paramètres nécessaires à une conception sur mesure : type, épaisseur, taille, tournure, placement d'axes, couverture, éponges, rainures, étampures, pinçons, rolling, ajusture, biseaux, clous », souligne l’expert. Un scanner à fusion d'image optique-thermographique permet à l’utilisateur de créer ses propres gammes de fers-à-cheval grâce à un outil de sur-mesure numérique, avec les matières les plus performantes possibles. Après avoir scanné les pieds déferrés et parés du cheval avec ce scanner, il suffit au maréchal-ferrant d’envoyer via Internet à Value Feet les fichiers numériques des fers-à-cheval à fabriquer.  L’entreprise a d’abord mis en œuvre la chaine numérique TopSolid et TopSolid’Cam, avec en amont un scanner et en aval une machine-outil à commande numérique. Mais la productivité de l’entreprise a encore été optimisée par une automatisation de A à Z du processus informatique. Value Feet a en effet commandé à TOPSOLID une prestation de Développement Spécifique pour qu’il n’y ait quasiment aucune intervention humaine entre la génération du scan et l’obtention du fer usiné : de façon automatique, un nouveau scan réceptionné impacte la mise à jour des fichiers génériques CAO / CFAO et impacte l’usinage du fer adapté.

 « Nous produisions jusqu’ici 25 paires personnalisées par jour, tout en assurant aussi leur traitement de surface. Maintenant, avec l’appui de cette solution, nous adoptons un rythme beaucoup plus soutenu avec une production d’une centaine de paires par jour », précise Maxime Rooryck. Des pièces fabriquées dans des matériaux différents, dont des alliages particuliers utilisés habituellement dans l’aéronautique. « Nous regardons de près les solutions multi-matériaux, avec l’utilisation de la céramique ou des polymères qui peuvent assurer des performances proches de pièces en métal », indique le spécialiste. 

Ces moyens d’étude et de fabrication avancés permettent à Value Feet de proposer une offre extrêmement concurrentielle et d’être très réactif. « Nos fers-à-cheval coutent 70 euros la paire et nous sommes capables de produire et de livrer en 24 heures. A comparer avec un délai de 6 ou 7 semaines constaté sur le marché, avec un coût beaucoup plus important que le nôtre… », conclut Maxime Rooryck.

 

Les points forts de TopSolid

  • Convivialité et puissance de modélisation 3D
  • Capacité de répondre très vite et économiquement aux demandes de maréchaux-ferrants
  •  Un PDM (gestion de données produit) intégré qui assure la traçabilité des modifications et permet le travail collaboratif
  • Partenariat fructueux avec l’agence régionale de TOPSOLID

 

L’avis de Maxime Rooryck :

« Nous apprécions particulièrement la polyvalence de solutions TopSolid qui est chez nous un véritable factotum. Ces dernières n’assurent pas seulement la conception et la fabrication assistées de nos pièces, mais tout ce que nous entreprenons : la réalisation de nos propres équipements comme par exemple, les machines de traitement de surface (ainsi des moyens de tribofinition qui sont en cours de développement), l’aménagement de nos bureaux, la création des stands pour la participation aux différents évènements… »