Waidele GmbH : l’aménagement de magasins simplifié grâce à TopSolid’Wood

Même les magasins à succursales multiples apprécient de disposer d’installations personnalisées pour leurs projets, souvent au grand dam des aménageurs, à qui ces attentes infligent un surcroît de travail en conception et en programmation des solutions de FAO. Soucieuse de relever le défi, la société Waidele Shop floor design GmbH a investi dans la solution TopSolid’Wood de Missler Software afin d’apporter des réponses rapides et adaptées aux demandes des clients. Avec l’application 3D, elle a réduit les délais de livraison et elle réalise des économies lors de l’achat de pièces auprès des fournisseurs.


Waidele GmbH & Co KG est une entreprise de Bad Rippoldsau-Schapbach, en plein cœur de la Forêt Noire allemande. Fondée en 1920, époque à laquelle elle exerçait des activités de menuiserie, l’entreprise s’est toutefois spécialisée dans l’aménagement de magasins depuis 1991. Avec ses 32 employés, Waidele ne compte pas parmi les grands du secteur, mais ses activités se développent à l’international : elle exporte environ un tiers de ses ventes. Elle réalise en effet l’aménagement de 40 à 50 drugstores en France et fournit les grandes chaînes françaises d’hypermarchés Leclerc et Supermarché U en comptoirs réfrigérés pour produits de boulangerie. En Allemagne, Waidele aménage des sites pour des entreprises de télécommunications mobiles et compte les grands groupes de boulangerie Sternenbäck et Sehne (100 à 200 magasins) parmi ses clients.

Pour se démarquer de la concurrence, l’entreprise se positionne en tant que fournisseur d’installations de magasin complètes dans le secteur des produits frais. Elle crée des comptoirs entiers, depuis les systèmes de refroidissement, d’électricité et d’éclairage jusqu’à la pierre et au vitrage, en passant par la fabrication des parties métalliques. L’entreprise coordonne par ailleurs la fabrication des composants par les fournisseurs. Comptoirs et composants sont ensuite assemblés et testés dans le hall d’usinage sur le site de Schapbach, avant livraison aux clients des conceptions assemblées et des comptoirs prêts à installer.

« Pour réussir à l’international, une entreprise doit être flexible et réactive », déclare Roland Waidele, qui dirige cette PME avec ses frères Lothar et Herbert. « De nos jours, les services de planification font des offres dans toute l’Europe et travaillent souvent avec des entreprises étrangères pour des raisons financières. Mais lorsqu’ils sont pressés, ils reviennent toujours vers nous, car ils savent que nous pouvons réaliser et livrer le travail en 15 jours. Grâce à notre équipement dernier cri et à notre structure horizontale, nous sommes à même de satisfaire les demandes avec rapidité et flexibilité. »

Un manque d’interactions avec la FAO

La personnalisation croissante des installations demandées par les clients constitue le principal défi à relever pour les aménageurs de magasins. La construction des comptoirs varie selon les magasins et les clients, mais également en fonction de critères tels que le libre-service ou la possibilité de prendre un petit déjeuner le dimanche matin. « Auparavant, nous avions deux ou trois types de comptoirs et nous fournissions uniquement des comptoirs standard. Cette année, nous avons élargi notre offre et atteint 15 types de comptoirs spéciaux », explique Roland Waidele. « C’est la raison pour laquelle nous devons faire davantage de schémas et de programmation. »

Par « schémas », Roland Waidele entend en fait des modèles 3D : il y a déjà longtemps que l’entreprise se sert d’un système de CAO 3D intégré à une solution logicielle OSD sectorielle. Mais le logiciel, difficile à utiliser, n’interagissait pas directement avec les solutions de FAO. Lors de la préparation du travail, les employés étaient donc contraints de recréer des programmes NC à chaque nouvelle modification dans la géométrie du comptoir. Or, les modifications de dernière minute sont monnaie courante dans ce secteur, comme l’explique Roland Waidele : « avec la confirmation de la commande, les clients nous envoient un plan qui est souvent déjà obsolète le lendemain. »

L’entreprise d’aménagement de magasins avait donc besoin d’un nouveau système 3D convivial, qui répondrait aux critères suivants : conception rapide et parfaite, réutilisation facile des conceptions existantes et prise en charge optimale d’un processus combinant CAO et FAO. Le hasard faisant bien les choses, la société Waidele a rapidement trouvé une solution appropriée et, après une courte phase de test, a adopté le logiciel TopSolid’Wood de Missler Software.

Des partenaires de mise en œuvre compétents

En début d’année, Waidele a installé 2 licences CAO et FAO sur des PC hautes performances équipés de processeurs Quadcore (quadruple cœur) cadencés à 2,67 GHz, de cartes mémoire de 3 Go et de cartes graphiques GeForce de NVIDIA. L’entreprise utilise actuellement TopSolid’Wood en plus de ses anciennes applications 3D, afin de ne pas interrompre les activités et de finaliser les projets en cours sans avoir à récupérer toutes les données et à former le personnel en même temps.

AdeQuate Solutions a fait preuve d’une très grande compétence lors de l’installation et de la mise en œuvre. Ce partenaire avait déjà collaboré avec divers clients dans l’industrie du bois et avait donc une connaissance approfondie des exigences propres à ce secteur.

Le fournisseur du système, basé à Lahr, a non seulement formé les utilisateurs finaux et proposé une assistance téléphonique réactive dont le client peut toujours bénéficier, mais a également pris en charge la connexion aux deux centres d’usinage 4 axes de marque Homag. Ce travail impliquait d’une part, d’adapter le post-processeur aux caractéristiques de la machine et des cycles et, d’autre part, de représenter les cinématiques 3D, pour des raisons de fiabilité de la programmation et de la simulation du traitement complet des données NC à l’aide de TopSolid’Wood.

AdeQuate Solutions a également programmé l’interaction avec le système OSD sectoriel à l’aide duquel les aménageurs de magasins établissent les devis, créent des nomenclatures et règlent la scie à panneau. Waidele voulait que l’intégration soit aussi réussie que celle de l’ancien système 3D afin de créer la nomenclature à partir du modèle 3D, puis de l’introduire automatiquement dans le système OSD en vue de la création des listes de pièces. « Alors que nous exposions nos besoins à notre interlocuteur chez AdeQuate Solutions, celui-ci a créé l’interface en temps réel. C’était vraiment incroyable ! », s’exclame Waidele. Le professionnalisme du personnel d’AdeQuate Solutions lui a fait forte impression, bien que la formation ait mal commencé à cause d’un employé du service de CAO, dépassé par la quantité d’informations qu’il devait assimiler.

Une conception accélérée

Deux utilisateurs de Schapbach utilisent la solution TopSolid’Wood pour la conception, mais aussi pour la génération de programmes NC. Stefan Rauschenbach, qui a suivi une formation de charpentier, s’est familiarisé avec le logiciel en seulement 3 jours. Après 2 à 3 mois d’utilisation, il le maîtrisait suffisamment pour être productif. « Si nous devions occuper plus de personnel en modélisation, il nous faudrait automatiser davantage nos méthodes de travail. C’est pourquoi nous envisageons une formation plus approfondie dans le domaine de la conception paramétrique », déclare Rauschenbach, qui se déclare très satisfait des fonctionnalités proposées par TopSolid’Wood. Le dernier point à améliorer est celui de la qualité des vues générées, imprimées directement depuis TopSolid’Wood : les graphiques doivent être convertis au format Bitmap avant impression.

Au cœur du travail d’un aménageur de magasins se trouvent les vues et les dessins de l’architecte, qui sont normalement élaborés en 2D et qui, par conséquent, ne correspondent pas toujours à ce qu’une construction 3D permet de voir en un coup d’œil. Les plans sont ensuite importés dans TopSolid’Wood sous forme de données DXF et mis en arrière-plan dans un but d’identification des rayons, pour les coulisses de plateaux, par exemple. Les comptoirs sont ensuite modélisés à partir des formes 2D. D’après Roland Waidele, TopSolid’Wood est en tout point plus convivial que l’ancien système 3D de l’entreprise, qui obligeait l’utilisateur à créer chaque pièce suivant des indications précises, puis à la positionner dans chaque groupe d’assemblage. « Auparavant, nous évitions de modéliser certaines pièces, comme les pièces d’ajustement, car cela aurait pris trop de temps. Avec TopSolid’Wood, la modélisation est trois fois plus rapide », soulignent les directeurs de l’entreprise, déplorant d’ailleurs que les fabricants de pièces n’utilisent pas de modèles 3D, qui pourraient ensuite être repris en conception.

En effet, la conception 3D facilite la réutilisation des composants déjà créés. Malgré la place croissante de la personnalisation dans la conception de comptoirs, certaines pièces, comme les crochets pour vitres ou les supports peuvent être réutilisées presque en l’état. Le corps même des comptoirs est lui aussi très similaire d’un modèle à l’autre. Waidele table ainsi sur une diminution du volume de travail de conception grâce à la réutilisation des pièces existantes en 3D : « Nous ne pouvons pas tout modéliser en 3D du jour au lendemain en raison de la charge de travail que cela représente. C’est un processus à long terme que nous réaliserons au fil des années. »

La conception n’est pas le seul domaine où les agenceurs de magasins gagnent du temps : des économies de temps sont également possibles en programmation FAO, même s’il y a encore matière à amélioration.

En effet, grâce à TopSolid’Wood, il est possible de partir de composants de conception comme les perçages ou les poches afin de définir des cycles de traitement cohérents et d’automatiser considérablement la programmation FAO. « Maintenant, nous n’utilisons que les propositions du système FAO pour le traitement du perçage », explique Rauschenbach. Et Waidele de souligner : « les cycles de traitement des poches ne conviennent pas parfaitement aux besoins de traitement du bois, où l’utilisateur doit retirer lentement le matériau depuis le centre de la poche. Il y a là beaucoup à améliorer. »

Un taux d’erreur proche de zéro

Jusqu’à présent, Rauschenbach a principalement conçu des comptoirs personnalisés à l’aide de TopSolid’Wood. Comme certains de ces comptoirs sont de forme arrondie ou présentent des angles, il est difficile de garantir l’ouverture des vitres ou d’avoir des raccords appropriés. La modélisation 3D permet d’identifier ces problèmes bien plus facilement qu’à l’aide d’un schéma en 2D avec vues en coupe, comme l’affirme Waidele : « le taux d’erreur est désormais très proche de zéro et les composants s’assemblent parfaitement : le revêtement s’adapte sur la pierre et les vitres à leur support métallique. Ainsi, les temps d’usinage ont baissé de 10 %. En outre, tous les utilisateurs peuvent visualiser les représentations 3D sur les schémas, en regard des vues en coupe, pendant l’usinage et l’assemblage.

Les sous-traitants tirent également profit de la nouvelle méthode de conception, car Waidele leur fournit désormais les données 3D, qu’ils peuvent utiliser presque telles quelles pour la programmation de l’usinage. « Nous concevons les pièces en métal et communiquons les données ainsi que les schémas au tôlier, qui peut dès lors travailler directement dessus », explique Waidele. « Le processus d’usinage de nos pièces est fortement accéléré et nous réalisons des économies, puisque nos tôliers passent moins de temps à préparer le travail. »

Grâce à TopSolid’Wood, les délais de réalisation sont désormais nettement plus courts, comme l’explique Waidele : « Nous allons presque trois fois plus vite parce que nous commandons immédiatement l’usinage des pièces urgentes aux sous-traitants sur la base des esquisses. Auparavant, nous ne pouvions commander les pièces comportant des raccords, comme les vitres biseautées d’un comptoir arrondi, qu’après un travail onéreux de schématisation de précision. Nous sommes à présent en mesure d’accepter des projets avec des délais plus courts et renforçons ainsi notre compétitivité. »